Gayvox.fr
Les années Gai Pied (1979-1992)
Culture & Presse / TV

Gai Pied n° 22 - Coluche candidat des pédés ?


 

« La candidature de Coluche, je la trouve chimiquement naturelle, elle est un gag et en cela elle est subversive, compte-tenu du blocage politique actuel » déclarait Guy Bedos au journal Le Monde. « Coluche n'est  pas Hitler, mais Hitler s'affirma grâce au même pouvoir de dérision qu'à Coluche aujourd’hui sur les institutions d'une démocratie avancée ». « Je rappellerai à Monsieur Coluche que c'est également sur la base d'une propagande anti-partis et anti-Parlement que les fascistes ont détruit les démocraties dans les années 30 » déclaraient deux lecteurs du même journal. Trois réactions, deux positions inconciliables qui concernent ce qu'il est convenu d'appeler « l'effet Coluche ». Un raz de marée qui un mois après l'annonce de cette candidature comptabilise déjà 10% des intentions de vote et prévoit de dépasser bientôt le candidat communiste Marchais au premier toµr. Tout a démarré comme un gag rapidement amplifié par les media et soutenu par un comité d'intellectuels parisiens. Les évènements se précipitant de manière inattendue, du meurtre de son éclairagiste, aux menaces du groupe Honneur de la Police et de la sortie sur les écrans du cinéma de L'Inspecteur la bavure Coluche voit son audience décuplée en quelques semaines au rythme des sondages. Il pense être le seul à pouvoir réellement faire de compte, au premier tout, des ras-le-bol de tous ceux qui ont été renvoyés aux oubliettes par la monarchie giscardienne ou sont restés écœurés par la rupture de l'Union de la Gauche.


L'effet Coluche va-t-il se dégonfler avec l'année 81 ou au contraire éclater ? Qui négociera entre les deux tours notre ras-le-bol de pédés ? Coluche pense pouvoir proposer aux homosexuels une plate-forme de parole qu'un candidat homosexuel isolé ne peut espérer.

 

En regard de l'effet Coluche le vote rose reste une proposition « isolée ». Serait-ce par sa signification et sa portée spécifiquement homosexuelle ?

 

L'idée d'un vote rose devra se situer également par rapport à l'effet Coluche. En quoi interroge-t-il les homosexuels ? Certains ont déjà pris position. Gai Pied vous propose en ce début de nouvelle année une première information commentée (nous réservant de publier l'interview de Coluche le mois prochain) et souhaite recevoir vos réactions passionnées.

 

 

Le Candidat des années 70

 

« Aimerais-tu  avoir Coluche dans ton lit » me demandait une amie. Voulait-elle me rappeler que les deux candidats homosexuels des législatives 78 avaient été mes amants ? Question qui parait stupide, pourtant après réflexion...

Premier mouvement : de la sympathie. Coluche candidat dérange l'échiquier politique. L'Establishment français a bien des tolérances mais n'accepte pas de voir mettre en cause  son monopole sur l'opinion. Coluche est là où il ne devrait pas être. Coluche est grossier, Coluche dit que tout se vaut, que tout cela est de la foutaise, du spectacle. La droite se raidit, on s'en  prend  à ses institutions. La gauche aussi, on lui dénie sa légitimité à représenter la contestation. Or Coluche est une bête de scène, on le connait, on l'aime dans le « peuple ». Comment discréditer son discours ?


En premier lieu, Raymond Barillon, une des grandes signatures du Monde, s'indigne. Dans un article digne de la rhétorique à la Jean Cau il fait de Coluche un néo-fasciste. Hélas, pour ce qui nous concerne, R. Barillon n'a jamais pris la plume pour parler d'homosexualité. D'ailleurs, sait-il que cela existe ? Coluche par qui le scandale arrive met en lumière l'hypocrisie de la classe politique toute entière. Celle-ci n'a jamais accepté les nouvelles idées, la nouvelle réalité culturelle jaillies il y a de cela 10 ans. Nous sommes encore en 1967 et Coluche est le candidat des années 70.


Second mouvement : du scepticisme. Coluche, le candidat des années 70 dans toute leur ambiguïté. Il a tout pour faire peur, mais tout dans les mots. Ni femme, ni immigrés, ni pédé, il représente bien ceux qui, sur la scène de la contestation, ont toujours parlé à notre place parce qu'il était sûr de penser mieux et plus vite que nous sur nos problèmes.


Coluche a une femme, deux enfants tout comme le monsieur Homosexualité qu'avait voulu lancer le journal « Le Meilleur » il y a quelques temps. Coluche a des relations, de l'argent et la sympathie entendue des médias. Manipulé par eux, et sans trop se faire prier, Coluche pourra être le médiateur d'un monde que ces médias refusent depuis 10 ans de voir et d'analyser. Coluche, c'est la contestation minimum garantie : un peu de pédé, de sexe, d'écologie, d'immigré etc. Où Coluche dérange véritablement ? Que dit-il des pédés ? Rien. Les pédés ça effraie le bourgeois donc il en parle. Coluche dit Merde il peut bien dire Pédé. Voilà tout. C'est un effet de discours bâti sur du vent : l'effet Coluche.


 

La dérision quand elle est provocation m'a toujours fait jubiler. Hélas le bistrotier de mon quartier qui a affiché l'appel de Coluche pense qu'il faut en finir « avec ce tas d'enculés qui nous gouvernent ». Vraiment, avoir Coluche dans mon lit ! Pour quoi faire.


Frank Arnal

 

En ligne le 12 janvier 2017
Gai Pied : Infos gay lesbienne LGBT, news gay lesbienne LGBT, actualité gay lesbienne, LGBT
Informations
Pour utiliser nos services, tu dois être membre de Gayvox et identifié.
Je suis déjà membre Mot de passe oublié ?
Pas encore membre
Je souhaite m'inscrire maintenant :

Rencontres express

Je cherche
Qui cherche
Résidant en

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK