• Santé
Gayvox.fr
Mieux-vivre sa maladie - Santé
Santé & Mieux vivre sa maladie

VIH : 20 ans de campagnes de prévention


 

Depuis le début des années 90, les messages de prévention se sont modifiés en fonction de l'évolution de la maladie et de l'arrivée des traitements, puis de la stratégie de dépistage massif : on est aussi passé d'une prévention grand public à une communication ciblée vers les populations ayant le plus de comportements à risque…

 

 

Avant 1994:

Alors qu’il y a une augmentation de la maladie dans toutes les franges de la population, la communication est d'abord destinée au grand public, elle vise à faire prendre conscience de l’épidémie.  Au départ s'organise une communication intensive autour de la capote mais, dissociée de la maladie ! On essaie ainsi de changer son image, de favoriser son accessibilité. On revient de loin puisque le préservatif était un objet stigmatisé, interdit de publicité jusqu’en 1987.

 

De 1994 à 2000:

En 1994, on parle enfin discriminations des séropositifs, à travers une communication sur la maladie fondée sur le témoignage. À partir de 1995, davantage sur  la vie avec le VIH afin de conforter les attitudes de solidarité à l’égard des personnes séropositives et d'encourager les comportements de prévention à travers la proximité et l’identification aux personnes touchées.

C’est le début des traitements et l’apparition des premières trithérapies : le sida, maladie rapidement mortelle jusqu’alors, se transforme en maladie de plus en plus chronique.

La communication s’oriente donc vers le dépistage dès 1995pour permettre une prise en charge plus précoce. Mais pour contrer un rebond de la maladie secondaire aux premiers traitements, des campagnes rappellent l’importance de l’épidémie, comme celle de l’INPES «Le sida, on en meurt encore…"

En 1996, on promeut l'orientation vers les lieux de dépistage, en 1998, on communique sur le test pour bénéficier des avancées médicales, en 2002, on considère le test comme "outil de prévention". Enfin, en 2010 : on parle de « test and treat ».

 

VIDEO

 

 

A partir des années 2000

A côté de campagnes grand public, apparaissent des campagnes plus ciblées vers les populations spécifiquement à risque pour lutter contre une baisse de l’utilisation du préservatif.

Des opérations de communication visent aussi à lutter contre les discriminations envers les séropositifs, pour briser l’isolement, favoriser leur prise en charge au long cours et ainsi éviter de nouvelles éviter les contaminations. Comme dans ce clip de l’INPES où Didier Drogba prend dans ses bras des séropositifs. 

 

L'enquête KABP 2001 démontre une dégradation de l’image du préservatif et une baisse de son utilisation déclarée. Avec cette campagne, on essaie de faire du préservatif un produit de consommation courante, de dédramatiser l’acte d’achat : on déploie 3 films télé et un dispositif événementiel dans 1 600 supermarchés…

En 2003 : la campagne « Et si le préservatif était un produit comme les autres ? » prend le relais.

 

Source http://www.inpes.sante.fr/30000/pdf/colloque-9dec/Lydie.pdf  

 

VOIR NOTRE  VIDEO DEBAT   : Mieux vivre sa sexualité : Constats sur la prévention en France

 

 

Mis en ligne le 19 aout  2013

J.Patinier pour Gayvox.fr

Informations
Pour utiliser nos services, tu dois être membre de Gayvox et identifié.
Je suis déjà membre Mot de passe oublié ?
Pas encore membre
Je souhaite m'inscrire maintenant :

Rencontres express

Je cherche
Qui cherche
Résidant en


Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK