• Santé
Gayvox.fr
Mieux-vivre sa maladie - Santé
Santé & Mieux vivre sa maladie

VIH : les différentes manières de faire de la prévention sont elles compatibles ?


 

30 ans après l'arrivée du VIH dans nos vies, les contaminations continuent. 

 

La faute, selon certains, à un manque de communication, ou à un manque d'efficacité de ces campagnes qui arrivent pourtant tous les ans devant nos yeux sur nos écrans télés ou dans nos mains sur des flyers… Comment a évolué la prévention en France ? Comment renforcer ses messages ? Faut-il tout recommencer avec de grandes campagnes sur le préservatif ? 


En France, l'INPES (institut national de prévention et d'éducation à la santé) gère la prévention pour le ministère de la Santé : cancer, obésité avec Manger-bouger mais aussi VIH.

Chaque année, l'INPES propose des campagnes par vague (sur les périodes autour du 1er décembre, journée mondiale contre le SIDA) et de l'été par exemple (on se souvient de la campagne "1 prise de risque - 4 réflexes pour agir" en 2012, et "La bouche aussi est un organe sexuel" cet été 2013. 

 

 

Certains (Parlons Q) déplorent l'absence trop longue de grandes campagnes de prévention axées uniquement sur le préservatif, comme seul rempart au maximum de transmission.

D'autres associations (Aides, Sida info service) préconisent les messages de "réductions des risques" qui partent de la réalité de terrain, des pratiques réelles de population comme les gays qui n'utilisent presque jamais de capotes pour les fellations par exemple.

D'autres campagnes préconisent le dépistage des IST-VIH très régulier, l'accompagnement en centre de santé sexuelle (le 190 à Paris) et le traitement des IST comme préalable : on cherche à dépister et traiter tout le monde pour endiguer l'extension de la maladie.

 

Reste aussi les discours parallèles, sur la sérophobie (CRIPS) ou contre l'homophobie, car on sait que les personnes discriminées sont fragilisées, et fragilisent leur estime d'eux-mêmes, et éventuellement leur prévention. 


A l'ère des trithérapies et des charges virales indétectables (quand on est bien traité), c'est surtout la pertinence des messages qui est remise en cause, pour faire avancer le débat plutôt que par simple plaisir de critiquer les autres acteurs de la prévention. 

 

Les annonces récentes sur les avancées médicales, ainsi que des essais mondiaux en cours sur le traitement pré-exposition laissent à penser, comme l'envisageait la Conférence Mondiale de Washington en 2012 : vers la fin de l'épidémie ?

Les espoirs scientifiques favoriseraient inéluctablement les prises de risques ? Ou c'est la prévention combinée, adaptée et respectueuse de chacun qui s'impose en France comme dans le monde ? 


Enfin, tous s'accordent à dire que l'éducation à la santé sexuelle reste embryonnaire en France, que l'on soit scolaire ou adulte.  

 

VOIR NOTRE  VIDEO DEBAT   : Mieux vivre sa sexualité : Constats sur la prévention en France

 

 

 

Mis en ligne le 30 aout  2013

J.Patinier pour Gayvox.fr

lire 1 commentaire
v... le 01/09/2013
Titre : Laissez nous la possibilité de nous exprimer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Commentaire :




Bonjour,

Pour vous dire j'ai horreur des questions 1 2 ou 3 ??????????

pour votre gouverne sachez gente laboratoire que je prends autant soin de ma SANTE comme je brosse mes DENTS 4 fois par jour.....

ON est au courant .... Allez faire un tour chez les Hétéros...

On est tous et toutes Acteur de sa santé....

Vous autres Laboratoires...vous cherchez ?? quoi ??

Pour ne rien Trouver ?? Prolonger notre VIE....

Pendant ce Temps on se fait du FRIC..

Allez je vous laisse trouver..

A vos lunettes et votre Bino..

Sur ce ...

Protegez vous vous mémes..

CORDIALEMENT....

Cordialement...

Informations
Pour utiliser nos services, tu dois être membre de Gayvox et identifié.
Je suis déjà membre Mot de passe oublié ?
Pas encore membre
Je souhaite m'inscrire maintenant :

Rencontres express

Je cherche
Qui cherche
Résidant en


Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK