• Santé
Gayvox.fr
Mieux-vivre sa maladie - Santé
Santé & Mieux vivre sa maladie

Essai IPERGAY : traitement préventif du VIH


 

Essai ANRS- IPERGAY sur le traitement préventif du VIH : à quoi ça sert ? 


La recherche contre le SIDA a besoin de volontaires gays séronégatifs. Afin de tester un nouveau moyen de prévention : la PreP, qui a déjà donné des résultats très encourageants lors d’autres études (Iprex par exemple), à condition de bien suivre le traitement. 

Ces jours-ci, on entend quelques voix s’élever contre l’essai, alors qu’il a démarré il y a presque deux mois et que les 30 premiers volontaires ont été inclus dans l’essai (l’ANRS en recherche 300). 

 

Pourquoi tant d’agitations, alors que l’essai s’inscrit dans le cadre d’une large consultation communautaire qui a réunit des dizaines d’associations, de nombreuses réunions d’information, un comité associatif indépendant qui veille au respect des participants et après avoir reçu les permissions des comités d’éthique ou de l’agence du médicament ?

 

Pourquoi Aides se serait mis là cette affaire comme opérateur de recrutement, et SIDA INFO SERVICE accepté de renseigner tous les potentiels volontaires, si ce n’était pas sérieux ? 

 

 

Un essai dangereux dit-on. Parce que les volontaires reçoivent soit un comprimé de PreP (du Truvada, dont on connait les effets, minimes et occasionnels, sur la santé), soit un placebo. Mais l’essai s’adresse à des gays qui ne se protègent pas systématiquement. IPERGAY leur propose un programme global de prévention renforcé. Un placebo n’est-il justement pas l’assurance de ne pas encourager le bareback. Et dans les cas où il y aurait manquement (qu’il y aurait eu hors de l’essai de toute façon), on teste l’effet de la PreP, que tous les essais dans le monde ont l’air d’indiquer qu’il fonctionnerait si on le prenait bien.   

 

« Bah voyons, des médicaments à tous les séronegs ! ». Encore une fois, il s’agit de personnes ayant envie de renforcer leur prévention, pas de distribuer le placebo à tous les séronegs. 


Pourquoi essaie t-on de faire peur avec Ipergay ? Alors qu’il semblerait que les gays sont intéressés. Une enquête publiée récemment dans AIDS CARE a montré que 40% des gays en France étaient intéressés par un tel essai, et ce d’autant plus qu’ils rencontraient  des difficultés avec la prévention. 

 

Dans l’essai, les volontaires pourront bénéficier : 

 

- de préservatifs et de gels gratuits 

- d’un accompagnement et des informations sur la prévention de l’infection par le VIH et des autres infections sexuellement transmissibles 

 

- du dépistage et traitement gratuit de toutes les infections sexuellement transmissibles, et ordonnance de traitement pour votre ou vos partenaires 

 

- de vaccinations gratuites contre l’hépatite A et B en l’absence de séro-protection 

 

- de traitement post exposition de l’infection par le VIH 

 

- d’une prise en charge précoce de l’infection VIH si elle survient 

 

Mais surtout, les volontaires contribueront à l’amélioration des connaissances dans le domaine de la prévention de l’infection par le VIH.  


Avec tant de précaution, d’encadrement, d’acteurs, pourquoi veut-on nous faire peur avec IPERGAY ? 

Tout le monde peut bien voir en réalité que le préservatif est parfois oublié, et de plus en plus. Promouvoir son utilisation et chercher de nouveaux outils complémentaires sont-ils deux actions incompatibles ? Que dit-on à ceux qui refusent de l’utiliser, ou confessent avoir du mal à son utilisation systématique. 

 

Pendant ce temps là, la recherche avance… 

 

J.Patinier pour Gayvox - publié le  2/04/2012

 

** Le dossier PREP - IPERGAY sur GAYVOX 

 

** Devenez volontaire de l’essai Anrs – IPERGAY ! 

lire 9 commentaires
p... le 07/09/2012
Titre : Et pour nous qui sommes positif ?
Commentaire :
jjje suis content pour ceux là qui sont seronegatif et nous qui somme seropositif est ce qu'on  va demeurer dans les ARV ?
d... le 17/05/2012
Titre : Honteux
Commentaire :
À l'heure ou en plus il faut réaliser des économies...se protéger avec un comprimé de truvada et une capote....le surcoût est clair et en plus même pas sur que ça marche...44 %. Les labos feraient mieux de contribuer à la prévention par les capotes que de mettre en place des lobbings qui n'ont pas de sens...en plus d'un point de vue virologique ces pauvres patients vont griller une ligne thérapeutique efficace avec les éventuelles résistances créés car s'ils ne sont pas capables de mettre une capote ils seront de toutes les façons pas observants non plus...et puis merde après tout s'ils  Veulent s'Obstiner à se suicider que peut-on y faire? Ça fait chier à la fin de voir que nos impôts de contribuables passifs sont utilisés à des fins insensées alors que l'on nous ponctionne chaque jour davantage car les dettes sont abyssales....!!!!bonne journée et baisez bien sans capotes....
A... le 09/04/2012
Titre : Regardons la vérité en face!
Commentaire :
Arrêtez un peu avec vos beaux discours. Regarder autours de vous, le système de prévention est bien mal en point, et, par expérience, lors de plans, particulièrement chez les jeunes, je dirais que plus de 80% ne se protègent pas.... Je pense que ce test s'adresse donc à cette population qui ne se protège de tout façon pas! De toute façon essai ou pas, malheureusement, ils seront contaminé un jour! Alors profitons de cet essai, même si on en "sauve" que 150 sur 300 c'est mieux que rien non? Mais c'est à force d'essai, de test que sera trouvé la solution. Vous serez bien tous content de trouver un vaccin dans les futures années. Tous vaccins, médicaments, à été testé avant... Heureusement qu'il y a des volontaires pour un jour tous nous servir!
a... le 09/04/2012
Titre : Conclusion
Commentaire :
En conclusion,

Nous proposons d'offrir à 300 suicidaires une arme. Afin d'établir qui vivra et qui ne vivra pas pour nos test sur le suicide, 150 d'entre elle seront chargées de balles réelles et 150 de balles à blanc.

Sachant que les balles à blanc ont moins de chance de vous tuer, mais risque, à une certaine distance de tir, quelques séquelles.

Nous recherchons donc des candidats au nom de la science et de la recherche.
j... le 08/04/2012
Titre : un peu de calme...
Commentaire :

Personnellement j'ai fait l'effort de lire l'article avant de "juger". Et avant de juger, il faut essayer de comprendre. Je comprends parfaitement ce qui peut choquer au premier abord dans l'énoncé du protocole d'expérimentation, mais il n'est pas différent en soi de ce qui se fait déjà dans le monde,et pour d'autres maladies.


D'abord, tout traitement pour être jugé efficace doit être confronté à un placebo pour connaître la réalité de son effet.


D'autre part, le Truvada a certainement des effets secondaires, qui d'une part sont obligatoires, comme dans TOUS les médicaments, et d'autre part, les effets varient selon les personnes. Dans tout traitement pharmacologique il y a une évaluation bénéfice/risque à faire.


Par ailleurs,il n'y a pas abus de confiance : les volontaires n'ont pas le couteau sous la gorge et décident en leur âme et conscience de procéder à cette expérience en sachant qu'il ont ou un placebo ou un médicament dont il n'est PAS prouvé qu'il prévienne la contamination. La prise des pilules n'est donc pas en soi un argument pour ne pas se protéger ou changer ses comportements sexuels.


Enfin, comme l'a souligné l'auteur, le test s'adresse à des personnes qui assument le fait de ne pas avoir des rapports protégés de manière systématique. Ce qui sous-entend que même en dehors du test ces personnes prennent des risques...et en cela le protocole du test prévoit une plus grande surveillance de cette population à risque,ce qui ne peut que lui être bénéfique.


Une fois encore, je demande juste aux lecteurs de se poser les questions sur la motivation d'une telle recherche et sur la notion même de "recherche" scientifique avant de bondir d'indignation.


 

a... le 07/04/2012
Titre : @Chiffre
Commentaire :
Bonsoir,
Parce que tu crois réellement que sur 300 personnes il n'y aura pas de cons? Et que les "cons" méritent d'attraper quelque chose?
C... le 07/04/2012
Titre : @axellander
Commentaire :
Les volontaires étant au courant qu'il y a 50% de placebo, ceux qui imaginent qu'ils sont donc protégés (avec un traitement de toute façon expérimental) sont juste très cons.
a... le 07/04/2012
Titre : Je ne suis absolument pas d'accord...
Commentaire :
Je n'ai pas lu votre article, mais il me semble avoir entendu que ce test n'est pas sur la bonne voie... Ils ne trouvent pas les candidats bénévoles et volontaires pour le réaliser et c'est bien fait pour eux! Je trouve ce test inadmissible! La majorité du corps médecine est comme pour moi: Absolument pas d'accord avec cette pratique!
Le test est réalisé comme suivant: 50% de placebo... De qui se moque t on? C'est 50% de risques de faire croire aux volontaires qu'ils sont majoritairement protégé! C'est une véritable honte! Nous ne sommes pas des animaux de laboratoire et je souhaite de tout c?ur qu'ils ne trouvent jamais 300 personnes!
Forcément, dans les 150 personnes sous placebo, il y en a forcément qui se croyant protégé ne feront pas attention lors d'un rapport et attraperont sans doute le sida. De plus ces laboratoires souhaite justement ce résultats afin de démontrer que l?absorption du PreP aura permis de sauver la vie aux 150 autres! Quel honte! De plus, nous savons bien que la Truvada est véritablement très nocif: Anémie, diarrhées, nausées et vomissements, fatigue, sinusite, infections des voies respiratoires hautes et rhino-pharyngite, Somnolence, céphalées et étourdissements, dépression, insomnie et rêves anormaux, éruption cutanée, diminution de la densité minérale osseuse, redistribution du tissu adipeux et pour finir la néphrotoxicité !!!
l... le 04/04/2012
Titre : bonjour
Commentaire :
je trouve ca trés bien ce que vous faite
Informations
Pour utiliser nos services, tu dois être membre de Gayvox et identifié.
Je suis déjà membre Mot de passe oublié ?
Pas encore membre
Je souhaite m'inscrire maintenant :

Rencontres express

Je cherche
Qui cherche
Résidant en


Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK