• Santé
Gayvox.fr
Mieux-vivre sa maladie - Santé
Santé & Mieux vivre sa maladie

Vivre son VIH au feminin : Pour une meilleure prise en charge des effets indesirables 2/2


Part. 2 : les premières solutions envisagées

Si l’enquête EVE met bien en évidence un sentiment d’écoute et de prise en charge des effets secondaires du traitement du VIH chez les femmes séropositives, chercheuses et associatifs tentent déjà de réfléchir à certaines solutions envisageables. Et notamment la sensibilisation des médecins dans un premier temps.

 

Graciela Cattaneo, vice-présidente de Aides, – que nous avons interviewé pour ce dossier – en est persuadé : « les résultats de l’enquête EVE vont être une base très importante de plaidoyer pour pousser au dialogue et améliorer la prise en compte des effets indésirables liés au VIH et/ou ses traitements ».  Interrogés par Gayvox, chercheuses et associatifs envisagent déjà un panel de solutions pour améliorer les pratiques médicales et associatives grâce aux résultats de l’enquête EVE.

 

 

Sensibiliser les médecins et donner la parole aux femmes.

 

« La première idée, cela pourrait être de sensibiliser les médecins et le corps médical » explique Guillemette Quatremère, chargée d’études économiques et sociales chez Aides. Pour ce faire, « d’un côté, il va falloir continuer à montrer les résultats de l’enquête aux professionnels de santé pour faire changer les pratiques, poursuit la militante de Aides. Ensuite, au niveau associatif l’idée est d’accentuer l’empowerment des femmes séropositives : de plus parler de leurs problèmes au quotidien et de plus prendre la parole ». Une des autres pistes étant d’améliorer le protocole de soin en y intégrant les soins de confort comme la nutrition et la prise en charge des effets indésirables pour un meilleur suivi des patientes.

 

Enfin, pour Anne Simon, infectiologue et spécialiste du VIH, l’idée d’empowerment des femmes face à la maladie, ses traitements et les effets secondaires qui en découlent, est très importante. La spécialiste préconise aux femmes séropositives de bien identifier et trier les symptômes des événements indésirables afin de les associer à l’infection ou au traitement. « A ce moment-là, le médecin sera obligé de discuter et de mieux écouter ». Et le mieux vivre des femmes séropositives en sortira grandi !

 

Par F. Bardou pour Gayvox.fr

Informations
Pour utiliser nos services, tu dois être membre de Gayvox et identifié.
Je suis déjà membre Mot de passe oublié ?
Pas encore membre
Je souhaite m'inscrire maintenant :

Rencontres express

Je cherche
Qui cherche
Résidant en


Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK