Gayvox.fr
Discrimination chez les gays
Santé & Mieux vivre sa maladie

Carrières interdites


 

En France, 500 000 postes sont interdits aux personnes séropositives, principalement des emplois au sein de la fonction publique. Certains concours, comme l’ENM (école nationale de la magistrature), polytechnique ou encore St Cyr refusent également les personnes portant le virus du VIH.

 


Un bannissement colossal. Dans la gendarmerie, la police, les sapeurs pompiers ou encore l’armée, les séropositifs sont considérés « inaptes au terrain ». Dans le meilleur des cas, elles sont cantonnées à des fonctions sédentaires ou administratives « non opérationnelles ».

C’est ce qui est arrivé à Patrice, gendarme depuis 10 ans. Il a découvert sa séropositivité lors d’un bilan médical annuel et a été directement « mis au placard ». Il est resté quelque temps puis a fini par démissionner : « j’avais trop honte, je ne comprenais pas pourquoi je n’avais pas le droit d’être sur le terrain ».

Même son de cloche du coté des concours d’entrées aux grandes écoles. A Polytechnique par exemple, les candidats doivent obtenir une note médicale minimum de 3 pour pouvoir espérer intégrer l’organisation. Or, toute personne séropositive se voit automatiquement attribuer la note de 4.

 

Injustice en tout genre. Les discriminations au travail prennent aussi une autre forme. Franck Hardy est séropositif.

 

Il a décidé de parler à sa supérieure de sa situation « je n’étais pas légalement obligé de l’avertir, mais je trouvais ça honnête.  Pendant quelques temps, elle a répandu l’information, ce qui a eu tendance à m’agacer. Lorsque j’en ai parlé à son chef, il m’a tout bonnement conseillé de changer d’établissement ».

Après cette fâcheuse expérience, l’homme de 43 ans a préféré rester discret sur sa maladie et c’est précisément pour cette raison qu’il a de nouveau perdu son emploi : « cette fois on m’a reproché d’avoir menti lors de mon entretien. J’ai été licencié pour incompatibilité d’humeur ». 20% des discriminations sur les séropositifs ont lieu dans le cadre du travail en France.

Pour lutter contre ces injustices, Franck Hardy a créé l’association « égaux sang + » il y a quelques mois. Elle compte environ 800 adhérents aujourd’hui. Le but étant d’aider les séropositifs à trouver un travail, mais également de les accompagner dans leurs démarches administratives. L’association est jeune, mais les idées sont nombreuses et la volonté d’agir implacable. « En plus de souffrir de la maladie, nous souffrons d’une exclusion sociale immense. En nous regroupant, il est plus facile d’avancer et d’éveiller les consciences ».

 

 

Aujourd’hui, Franck Hardy est toujours à la recherche d’un emploi, mais il envisage de travailler à plein temps au sein de son association afin de sensibiliser la majorité de personnes sur le quotidien des séropositifs.

 

Égaux Sang +
Bp 9
2 rue Siffort
55150 Damvillers

 

Ecrit par Magathe pour Gayvox.fr - 4/12/2015

Informations
Pour utiliser nos services, tu dois être membre de Gayvox et identifié.
Je suis déjà membre Mot de passe oublié ?
Pas encore membre
Je souhaite m'inscrire maintenant :

Rencontres express

Je cherche
Qui cherche
Résidant en


Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK